Comment traiter l’étanchéité à l’air d’un bâtiment ?

Les produits pour une bonne étanchéité à l’air :

  • Les bandes mousses pré comprimé
  • Les bandes d’arases avec mousse imprégnée
  • Les membranes : pare vapeur ou frein vapeur
  • Les pare pluie (et pare vent)
  • Les membranes monolithiques (nouvelle technologie)
  • Les rubans adhésifs spécifiques
  • Les manchettes passe réseaux
  • Les mastics colles : Silicone, Acrylique, Polyuréthane
  • Boucher les trous de banches et traiter les joints de dilatation

Menuiseries extérieures :

  • Installer des menuiseries de qualité et contrôler le classement A.E.V. (perméabilité à l’air, à l’eau et au vent)
  • Réceptionner les menuiseries et les accessoires en vérifiant les points suivants :
    • les menuiseries doivent être stockées verticalement à l’abri des aléas du chantier et des intempéries
    • l’état de l’ouvrant (partie ouvrante de la fenêtre) et du dormant (partie fixe de la fenêtre) et la présence de joints d’étanchéité sur toute la périphérie de l’ouvrant et/ou du dormant
    • vérifier la conformité des matériaux (bois, PVC, aluminium,…) et les dimensions des châssis
    • la planéité des plans de pose
  • Soigner le jointoiement des liaisons entre le dormant des menuiseries et les parois extérieures de l’enveloppe du bâtiment :
    • le calfeutrement est réalisé à l’aide d’un joint étanche mis en œuvre sur toute la périphérie de la liaison dormant-gros œuvre et en respectant la continuité dans les angles
    • vérifier l’uniformité de la périphérie du plan de pose afin que les joints soient correctement plaqués contre les parois
  • Installer une barre d’étanchéité au niveau du seuil de la porte d’entrée
  • Vérifier l’étanchéité des coffres de volets roulants et notamment le jointoiement des liaisons entre le coffre, la fenêtre et le mur

Équipements électriques :

  • Colmater les points de passage de l’ensemble des équipements électriques installés sur les parois extérieures ou dans le local :
    • tableau électrique
    • interrupteurs et prises de courants
    • points lumineux type plafonniers
  • Utiliser des produits adaptés et si possible des boîtiers électriques étanches

Trappes et éléments traversant les parois :

  • Surveiller la pose des joints d’étanchéité au niveau de l’ensemble des liaisons (trappes, gaines techniques, conduits …)

Liaisons entre parois :

  • Jointoyer les liaisons entre murs verticaux, planchers et plafonds

Charpente – Couverture :

  • Pose de la bande de sous toiture :
    • Chevauchement des lés et collage par ruban adhésif
    • Raccord aux éléments de construction (fenêtre, charpente, maçonneries) par collage (ruban ou mastic)

Test d’étanchéité à l’air

L’étanchéité à l’air d’un bâtiment représente les « fuites » d’air à travers ce dernier. Elles sont autant gouvernées par le vent ou l’effet de cheminée, que par le système de ventilation lui-même. Ces fuites sont des pertes de chaleur qu’il faudra compenser par des consommations de chauffage plus importantes. Elles entraînent également une dégradation de la qualité de l’air et du confort des occupants, ainsi qu’une augmentation des risques de condensation.

Afin de maitriser ces flux d’air indésirables, il est essentiel que l’enveloppe du bâtiment soit étanche à l’air. Le but est de fournir de l’air neuf en quantité suffisante aux occupants par une ventilation contrôlée, tout en maîtrisant le coût énergétique que cela induit.

La règlementation thermique 2012 impose, pour tout bâtiment d’habitation (logements individuels ou logements collectifs), un test de perméabilité à l’air en fin de chantier. Les résultats de ce test doivent amener aux valeurs maximales suivantes :

  • Maison individuelle : 0.6 m3/h.m²
  • Logements collectifs : 1.0 m3/h.m²

Ce test, dit « Test de la porte soufflante » consiste à mettre sous pression le bâtiment grâce à une soufflerie installée sur la porte d’entrée. Cela permet de déceler les éventuels défauts d’étanchéité de l’enveloppe, généralement localisés au niveau des :

  • Menuiseries extérieures
  • Prises électriques
  • Trappes
  • Traversées de parois
  • Liaisons entre parois

Cette mesure doit être réalisée une fois la construction achevée. Il est recommandé d’effectuer un test intermédiaire, une fois le bâtiment hors d’eau et hors d’air, pour pouvoir corriger les défauts de mise en œuvre le plus tôt possible. La liste des mesureurs qualifiés par Qualibat et autorisés par le Ministère est disponible sur le site de QUALIBAT

Je vous invite à contacter la personne suivante afin d’effectuer cette prestation : Aurélien CHAVANNE, entreprise  ALTEA63

Obligations vis-à-vis de la RT2012

La règlementation thermique 2012 est applicable pour tout projet de construction. Une étude thermique doit être réalisée au dépôt du permis de construire. Une attestation est à joindre à ce dernier.

Trois exigences sont requises afin de respecter la RT2012 :

  • Besoin bioclimatique (Bbio) : représente l’isolation et la qualité du bâtiment (parois verticales, planchers bas, planchers hauts, menuiseries, ponts thermiques, étanchéité à l’air).
    Il doit être inférieur à la valeur maximale appelée Bbio max.
  • Consommation conventionnelle d’énergie (Cep) : représente les consommations d’énergie primaire du bâtiment (chauffage, refroidissement, eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires), il est calculé à partir d’un scénario prédéfini dans les règles de calculs.
    Elle doit être inférieure à la valeur maximale appelée Cep max.
  • Température intérieure conventionnelle (Tic) : Représente la valeur horaire en période d’occupation de la température opérative.
    Elle doit être inférieure à la valeur de référence appelée Ticref.

En complément, la RT2012 impose des garde-fous sur les ponts thermiques, l’étanchéité à l’air, la régulation, l’éclairage, les système de comptage d’énergie.

Enfin, tout projet de maison individuelle doit utiliser une énergie renouvelable (solaire thermique ou photovoltaïque, chauffe eau thermodynamique, poêle bois, pompes à chaleur …)